🌟💎HOMEWEAR MADE IN FRANCE 🇫🇷 LIVRAISON OFFERTE. RETOURS GRATUITS SOUS 30 JOURS 🌟💎

On a rencontré Anaïk Lefebvre, la créatrice d'Une Souris Dans Mon Dressing

octobre 17, 2019 2 Commentaires

Une souris dans mon dressing

Aujourd’hui on vous raconte notre rencontre avec Anaïk la créatrice de la marque Une souris dans mon dressing, qui, en plus d’être une marque est aussi l’alias du compte Instagram @unesourisdansmondressing, un compte mode et lifestyle ou Anaïk présente ses looks (de sa marque ou non), et entretient une relation de proximité avec ses 103K abonnés. On a parlé près de deux heures avec Anaïk, de tout, de rien, de création forcément, d’instagram c’est sûr mais aussi de chien fou, de naissances et de rencontres !

Une souris dans mon dressing

Les Nouveaux Casaniers :

Alors raconte-moi comment tout ça s’est passé, c’est quoi le début ?

 

Anaïk : 

En congé parental, j’avais du temps pour moi, j’étais déjà passionnée de couture et je faisais beaucoup de choses moi-même mais jamais je ne pensais pouvoir intéresser qui que ce soit avec mes histoires. Je suivais quelques blogs mais loin de moi l’idée d’en créer un à moi. Puis une amie me conseille vraiment d’en ouvrir un et me met en contact avec l’une de ses amies nantaise, qui m’aide à me lancer sur le blogging. En un mois, j’étais accro, je me suis rendue compte que j’adorais écrire ! Je me fixais un rythme de 3 articles par semaine. Et je cousais, je causais, je partageais.

 

LNC :

Et tu parlais de quoi sur ce blog ?

 

Anaïk :

Je parlais de tout, de DIY, de vêtements, un peu de lifestyle.

 

LNC :

OK mais à ce moment-là, pas encore de souris ?

 

Anaïk :

Non pas encore. Mais, ça cheminait et il se trouve qu’à la fin de mon congé parental j’étais enceinte de mon troisième enfant et je sentais que mon employeur n’était pas en super santé et bref, faisons la courte, on me licencie pour motif économique.

Et là, sans trop savoir, j’arrive à Pôle Emploi avec un embryon de projet, expliquant que voilà j’avais en tête de créer une petite marque mais que je ne savais pas trop comment faire. Et ma conseillère me dit, « pas de soucis, je comprends l’idée je vais vous aider là-dessus et si ça ne fonctionne pas je vous aiderai à retrouver un job. En attendant il va y avoir le salon Créer allez-y et prenez contact avec BGE, ils vous aideront ».

Me voilà donc au salon, je rencontre la BGE, pas forcément plus avancée que pendant mon RDV Pôle Emploi.

Et pareil, ils me disent, ok on comprend on va vous suivre.

 

LNC :

Ha oui, l’alignement des planètes !

 

Anaïk :

Oui, un peu. Et surtout BGE me dit « si on vous prend ce sera RDV toutes les semaines pour suivre l’avancement » c’était pile ce qu’il me fallait.

 

LNC :

Un peu de cadre.

 

Anaïk :

Oui c’est ça. En plus le blog commençait à bien marcher. Et là une amie me dit « Non mais Anaïk, tu ne peux plus rester sur Canalblog, tu dois passer sur Wordpress ! ». Et il se trouvait qu’en plus, via Wordpress, je pouvais ajouter une petite brique eshop. A cette époque, je faisais des petits accessoires pour enfant, des sacs à dos légers pour mettre le goûter, les affaires de rechanges, tu dois connaître ça toi ? Ça marchait bien.

Je faisais aussi beaucoup de vêtements pour mes propres enfants, mais rapidement ils ont préféré les marques de fast-fashion...alors j’ai commencé à poster des photos de moi avec mes propres créations.

Une souris dans mon dressing

LNC :

Et cela suscitait de l’intérêt ?

 

Anaïk :

Oui je commençais à avoir des questions, si c’était possible de commander la même chose etc. Et la demande s’intensifiant, je me suis mise en quête d’un atelier, car je ne pouvais pas tenir le rythme. J’en ai trouvé un sur Roubaix...une expérience...originale, pas terrible mais j’ai beaucoup appris. Je me souviens, je devais presque être avec eux quand ils utilisaient la boutonnière pour être certaine du bon emplacement de mon bouton...la galère...

Puis encore, les rencontres, mon mari parle avec quelqu’un de mes déboires qui lui dit « mais moi je travaille avec un atelier en Pologne, je suis OK pour lui passer ses petites séries ».

 

LNC :

Parfait ce hasard !

 

Anaïk :

Mais oui, dingue! Et on part comme ça pendant 4 ans. Puis en 2013, je suis passé sur un atelier en Roumanie via un intermédiaire en Belgique. Et j’en suis ravie.

 

LNC :

Et tu échanges comment avec eux ? En anglais ?

 

Anaïk :

C’est fou tu sais que la chef d’atelier là-bas, parle 6 langues ?!

 

LNC :

Attends, attends on est en 2013 là, toujours pas d’Instagram ?

 

Anaïk :

Oulà si. Alors attends. Déjà en 2011, on me dit que oui mon blog c’est bien mais un peu amateur pour mon activité. Donc là je pars sur un CMS e-commerce avec un thème me permettant de professionnaliser un peu le site...et qui surtout me permettait de pouvoir avoir un service clientes de qualité, car c’est vraiment hyper important pour moi.

Et je lance Instagram en septembre 2012, je m’en souviens bien, en plus j’ai revu l’info récemment en me baladant dans les paramètres de mon compte. Et là j’ai adoré cet outil que j’ai trouvé intuitif et convivial par rapport à ce que j’avais à dire. Parfait. En plus à l’époque, il n’y avait pas tous ces algorithmes, un compte pouvait rapidement se faire connaitre

 

LNC :

Et le nom dans tout ça ? Une souris dans mon dressing ?

 

Anaïk :

Alors honnêtement, je ne sais plus...ce dont je me souviens très bien c’est que je cherchais un nom avec dressing dedans. Mais il y en déjà plein. Alors j’avais pensé à Anaïk L. pour garder mon prénom peu commun !

 

LNC :

Un peu comme Agnès B.

 

Anaïk :

Voilà, sauf que Anaïk, ça a beau être un prénom un peu atypique hé bien juste à côté de chez moi il y avait une boîte qui s’appelait Anaïk quelque chose...Donc me revoilà avec mon idée de dressing, mais je t’avoue que je ne sais plus quand c’est devenu une souris dans mon dressing.

Mais Instagram sait créer de belles rencontres, quand il a fallu que je repense mon logo il y a 4 ans environ, c’est une de mes followeuses qui m’avait contactée en me disant qu’elle me suivait depuis un moment, qu’elle était étudiante et que si jamais j’avais besoin elle pourrait m’aider ! On a travaillé conjointement et je suis super contente du résultat. Je la suis toujours sur Instagram d’ailleurs, elle va être bientôt être maman.

 

LNC :

OK, parle-moi un peu de ton processus créatif ? Tu te fixes des objectifs de collections ?

 

Anaïk :

Alors moi je pars déjà du principe que je fais des choses qui d’abord me plaisent en me disant, si ça me plaît, peut-être que ça peut plaire à d’autres. Ensuite cela part souvent des matières, j’ai besoin de les voir, de les toucher et parfois ça suscite une idée, une forme. Parfois j’ai déjà la forme, mais le tissu joue beaucoup.

Et puis je suis mon propre « mannequin cabine », je teste, je modifie sur moi, et parfois je dois aussi abandonner quand je vois que mes 5 essais consécutifs ne mènent à rien.

En gros je me fixe une à deux nouveautés par mois, mais ça peut être des rééditions, pas forcément des choses complètement nouvelles.

Une souris dans mon dressing

LNC :

Et tu travailles principalement de chez toi ? C’est quoi ton rapport avec ton chez toi ?

 

Anaïk :

Je travaille exclusivement de chez moi ! Quand on a acheté cette maison on n’avait plus assez de sous pour faire de gros travaux alors on faisait au mieux. Au bout d’un moment, je me souviens j’avais mon ordi dans le salon, on avait mis mes deux filles ensemble et j’avais réquisitionné la chambre de mon fils contre une autre à l’étage...puis au bout d’un moment on a pu faire des travaux et j’ai pu créer mon atelier, dans le jardin, je te montrerai tout à l’heure. C’est pratique, on vient me voir, on prend un RDV sur le site, on m’appelle. Je suis super bien installée.

Une souris dans mon dressing

LNC :

Et ton emploi du temps, ta journée type c’est quoi ?

 

Anaïk :

Il y a déjà pas loin de 2h30 d’Instagram, sur l’application j’entends, maintenant avec les alertes on voit le temps qu’on y passe, c’est effrayant... Mais autour, je travaille le post que je vais faire, je prends la photo, je soigne le texte, l’orthographe. C’est super important l’orthographe, une marque qui fait des fautes dans ses légendes, ce n’est pas possible.

Ensuite je passe énormément de temps à répondre aux MP et là je peux avoir des questions sur tout (des restos, des activités dans Lille, des hôtels, des visites, des questions sur mes créations etc.).

Puis je consacre beaucoup de temps au sourcing matière, au prototypage, aux essais.

Et puis enfin, il y a la partie moins glamour mais nécessaire, toute la partie administrative...

 

LNC :

Tu as une morning routine ?

 

Anaïk :

Je me lève et je m’étire, tu verras plus t’avances en âge plus il faut se dérouiller le matin. De manière générale je fais beaucoup de sport dans la semaine.

 

LNC :

Tes habits de la journée ?

 

Anaïk :

Ça c’est une petite tradition familiale, avec mes filles notamment, on les prépare le soir pour le lendemain et elles m’interrogent sur leur look !

 

LNC :

Ton truc anti blues du dimanche soir ?

 

Anaïk :

La bouffe !

 

LNC :

La faire ou la manger ?

 

Anaïk :

Les deux ! J’adore faire de grands plateaux de fromages avec de la charcuterie, du bon pain, une bonne soupe, je suis une dingue de soupe ! Vers 17h, on s’y met, c’est génial !

 

LNC :

Ton moment casanier préféré ?

 

Anaïk :

Fin de semaine, l’apéro au coin du feu, sans hésiter !

 Une souris dans mon dressing apéro

LNC :

Oulà, le temps file, je te remercie sincèrement Anaïk pour ta disponibilité, ton accueil et ta bonne humeur !

 

Anaïk :

Merci à toi.

 

Casanièrement vôtre!





2 Réponses

ncLKlVTDrjCUka
ncLKlVTDrjCUka

novembre 06, 2019

GsHjUtgo

WRlFNibCMrAS
WRlFNibCMrAS

novembre 06, 2019

TivDrLsoMVOJl

Laisser un commentaire

Rejoignez la team!

Reçevez en avant première toutes les infos sur les réassorts, les nouveautés, les travaux en cours, les popups et participez avec NOUS à la création de VOTRE marque!

(Désinscrivez-vous à tout moment.)